14.12.2010

L’ Azur Mallarmé

… De l’éternel azur la sereine ironie Accable, belle indolemment comme les fleurs Le poète impuissant qui maudit son génie A travers un désert stérile de douleurs… Tratto da Azur, S. Mallarmé